RENSEIGNER.COM

Se soigner avec la pulmonaire (Pulmonaria officinalis)

Article publié , mis à jour . Par .

La pulmonaire ou Pulmonaria officinalis est une plante vivace. Comme bien d'autres plantes, on la désigne par divers noms communs dont la pulmonaire officinale, l'herbe aux poumons, la pulmonaire des bois, l'herbe au lait de Notre-Dame, la sauge de Jérusalem, l'herbe de cœur ou encore l'herbe de tac. Elle appartient à la famille botanique des Boraginacées. Elle croît dans les lieux boisés et calcaires, les talus humides, les haies, les pâturages de montagne, en bordure de ruisseaux, à l'ombre des arbres et dans les hauteurs jusqu'à 1 800 mètres d'altitude. Elle fleurit au cours des mois d'avril et de mai. 5.0 1

La pulmonaire est une plante d'une hauteur pouvant atteindre 40 cm. Le rhizome est ramifié, cette tige souterraine émet de nombreuses radicelles. La tige est dressée ou ascendante, velue, un peu anguleuse.

Les feuilles vertes, alternes, ovales, lancéolées, sont couvertes de poils raides et maculés de taches blanchâtres. Ces taches blanches rappellent les alvéoles pulmonaires, d'où le nom de la plante.

Les fleurs, disposées en bouquets terminaux, changent de couleur. D'un rouge clair, puis d'une couleur pourpre ; en pleine floraison, elles sont caractérisées par un coloris bleu violacé. Le fruit, entouré par un calice, est constitué de quatre akènes ovoïdes.

Cette plante est inodore. La saveur des feuilles, évoque celle de la consoude. Les feuilles sont récoltées lorsqu'elles atteignent la pleine maturité. Elles sont séchées rapidement dans des endroits secs et aérés. Les parties utilisées sont les feuilles et les sommités fleuries.

Propriétés de la pulmonaire

Grandement bénéfique à l'appareil respiratoire, la pulmonaire possède des vertus pectorales qui adoucissent les voies respiratoires et permettent de combattre les affections bronchiques et pulmonaires. Elle déploie des activités expectorantes qui facilitent l'évacuation des sécrétions des voies respiratoires. Avec ses propriétés émollientes, elle soulage et apaise les irritations et les inflammations au niveau des tissus enflammés, tout en amollissant, par ailleurs, les tissus vivants.

Les saignements et les sécrétions sont réduits grâce à ses actions astringentes qui permettent de resserrer les tissus et les muqueuses. C'est une plante diaphorétique (qui stimule la sudation), anti-inflammatoire (qui combat les inflammations) et diurétique (qui accroît le volume urinaire). Elle possède, également, des vertus vulnéraires qui favorisent la guérison des plaies.

La pulmonaire est utilisée en présence des pathologies respiratoires, notamment, les bronchites, le catarrhe pulmonaire, la toux chronique, les irritations pulmonaires, les difficultés d'expectoration, la coqueluche et l'asthme. Elle s'avère utile contre les pathologies de la sphère urinaire, en l'occurrence la lithiase. Elle permet, également, de soigner les hémorroïdes, la tuberculose, les gerçures, les dartres, les engelures et les maux de gorge. Elle est bénéfique contre les plaies, les blessures saignantes et la dysenterie.

Préparations de la pulmonaire

Pour un usage interne, une infusion est réalisée avec une poignée des feuilles ou des sommités fleuries pour un litre d'eau, à raison de trois verres par jour. Pour une décoction, 30 à 40 g de la plante, sont utilisés par litre d'eau, à raison de 3 à 4 tasses au cours de la journée.

En usage externe, l'on a recours à une décoction de la plante, à hauteur de 50 à 100 g par litre d'eau, en vue d'une utilisation sous forme de lotion ou de cataplasme.

Svp, notez l'article
5.0 1 5 1
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.