RENSEIGNER.COM

Traitements contre la candidose (Candida albicans)

Article publié , mis à jour . Par .

Le Candida albicans est une espèce de champignons de type levure appartenant à la flore naturelle de l’organisme. Habituellement inoffensif et naturellement présent dans diverses régions anatomiques (la bouche, la peau, le système digestif, la flore vaginale), il devient pathogène lorsqu’il se multiplie. Il peut alors causer une infection fongique affectant la peau ou les muqueuses et être à l'origine de la candidose.

Les candidoses cutanéo-muqueuses peuvent se manifester à plusieurs niveaux et être ainsi distingué en candidose buccale, candidose génitale, candidose unguéale, candidose cutanée, candidose digestives et en candidose des plis (espaces interdigitaux des mains, plis inguinaux, pli interfessier...). La prise en charge médicale de ces différentes candidoses, requiert un diagnostic confirmé par un médecin et des analyses qui pourra vous prescrire le traitement le mieux adapté contre les pathogènes à l'origine de cette infection.

Le traitement peut être local (avec des antifongiques sous forme de crème, de pommade, d'ovule, de gel ou de poudre) ou systémique (avec l'administration des médicaments oraux ou administrés par voie intraveineuse). Dans bien des cas, ces deux traitements peuvent être combinés pour renforcer l'efficacité des médicaments.

En présence des cas les plus graves ou en cas de résistance du Candida albicans aux médicaments, certains antifongiques oraux ou injectables peuvent être prescrits.

Les traitements locaux ou topiques

Lorsque la candidose se développe au niveau de la peau, de la cavité buccale et des ongles, les préparations locales qui se présentent sous forme de crème, de gels ou de pommade sont les mieux adaptés. Les antifongiques locaux disponibles sous forme d'ovules gynécologiques sont, également, utilisés dans le cadre du traitement des candidoses génitales.

Dans le cadre d'un traitement local, les molécules ou les principes actifs de références, couramment, utilisés sont :

Les imidazolés

Les topiques imidazolés sont préconisés, parfois, en première intention, en présence de plusieurs types de candidoses, notamment, les candidoses génitales et celles qui affectent les intertrigos, les plis (sous mammaires, interfessiers ou interdigitaux).

Lorsque ces molécules sont appliquées localement, elles agissent en inhibant la synthèse de l'ergostérol, un constituant essentiel de la membrane du Candida albicans, entraînant, ainsi, la destruction de la membrane cytoplasmique.

Les imidazolés locaux sont disponibles sous différentes formes :

  • Micanozole, disponible sous forme de gel, de poudre pour application locale et de solution pour application locale
  • Econazole : ce principe actif se présente sous forme de crème, d'émulsion pour application locale, de poudre pour application locale, de solution pour application locale ou de lotion
  • Clotrimazole : les formes galéniques utilisées sont les crèmes et les gels
  • Kétoconazole : ce principe actif se présente sous forme de gel pour le traitement local de la candidose.

Les polyènes

Les polyènes sont caractérisés par une grande activité fongicide. Ils agissent au niveau de l'ergostérol, principal composant de la membrane plasmique des champignons. Ils modifient la perméabilité membranaire et entraîne la mort cellulaire par déplétion en potassium et entrée de sodium.

Les polyènes sont disponibles sous différentes formes :

  • Nystatine (poudre ou crème)
  • Amphotéricine B (suspension pour application cutanée)

Les pyridones

Les pyridones, notamment, la ciclopiroxolamine qui est disponible sous forme de crème, de poudre et de solution pour application cutanée. L'activité fongicide est caractérisée par une altération de l'intégrité de la membrane des germes, mais également par une inhibition des éléments essentiels au développement des germes, entraînant, ainsi, la mort cellulaire des cellules fongiques.

Les morpholines

Les morpholines, et plus précisément l'amorolfine (solution filmogène pour application locale). L'amorolfine se distingue par une activité fongistatique et fongicide. Cette molécule agit en induisant une modification de la membrane cellulaire du champignon et une inhibition de la synthèse de l'ergostérol.

Les antifongiques spécifiques

Certaines classes d'antifongiques locaux sont mieux adaptées pour le traitement de certaines candidoses bien spécifiques.

Les candidoses cutanées sont traitées par les antifongiques topiques notamment les imidazolés, les polyènes, la ciclopiroxolamine. Ces antifongiques locaux sont prescrits en première intention lorsque la candidose cutanée ou muqueuse est limitée.

Contre les candidoses unguéales, nous pouvons appliquer les antifongiques sous forme de crème ou de solution filmogène. Ces médicaments sont à base d'imidazolé, de ciclopiroxolamine ou d'amorolfine.

La prise en charge médicale des candidoses affectant la vulve et le vagin (vulvo-vaginite) requiert des imidazolés disponibles sous forme d'ovule à libération prolongée, ou de gel vaginal.

La prescription des antifongiques topiques à base d'amphotéricine B sous forme de suspension pour application cutanée, de nystatine ou de miconazole sous forme de gel buccal est indiquée pour traiter les candidoses oro-pharyngées.

Traitements par voie orale ou injectable

L'arsenal thérapeutique contre la candidose est, également, constitue de médicaments administrés par voie orale ou par voie injectable.

Le traitement oral et systémique est bien indiqué contre :

  • La candidose qui affecte le tube digestif
  • Les candidoses profondes, notamment, la candidose systémique qui est souvent mortelle et susceptible d'affecter tous les organes
  • Les cas de récidive

Le traitement par voie injectable est préconisé pour les cas les plus sévères (candidose des muqueuses sévères), les candidoses profondes (disséminées) ainsi que celles qui affectent les organes, les cas contre lesquels un traitement oral n'est pas possible.

Les antifongiques administrés pour la prise en charge des candidoses sévères sont :

  • Les triazolés, notamment, le fluconazole et l'itraconazole qui sont administrés par voie orale. Le fluconazole est également disponible sous forme de solution pour perfusion. Il est utilisable par voie orale ou injectable
  • Les triazolés de nouvelles génération, en particulier, le voriconazole (disponible sous forme orale et injectable) et le posaconazole, administré par voie orale. Ils sont préconisés en cas de résistance au fluconazole et à l'itraconazole ;
  • Les eichinocandines, en l'occurrence, la caspofungine qui est disponible sous forme de poudre pour solution à diluer pour perfusion. La caspofungine est préconisée en cas de résistances aux triazolés

Parmi les polyènes, seule l'amphotéricine B, administrable pour voie intraveineuse est indiquée pour le traitement des pathologies sévères. L'amphotéricine B est caractérisée par un large spectre sur les Candida.

Svp, notez l'article
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme sans avoir à vous connecter.
Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.
En posant votre question vous nous aidez à améliorer notre site.